Eau potable et agroécologie au Cameroun

Création d’un atelier de fabrication de filtres à sable (2011)

Étude préalable pour l’alimentation en eau potable à Koutaba et diagnostic agroécologique
L’Association Partager la Terre a effectué une mission de 3 semaines au mois de février 2011 au Cameroun. La mission a eu lieu dans le département du Noun (région de l’Ouest) plus particulièrement dans les communes de Foumban, Bafoussam et Koutaba.

Deux types d’actions ont été menées lors de la période : en faveur de la production d’eau potable et pour le développement de l’agroécologie.

En matière d’agroécologie, l’intervention de Partager la Terre a concerné les domaines d’intervention suivants :

  • mise à disposition d’un terrain de démonstration de 2 hectares à Koutaba pour le Groupement d’Intérêt Commun (GIC) Agroécologique (AE) spécialisé dans l’animation en agroécologie,
  • visites et réunions avec des GIC à vocation agricole,
  • réunions d’échange avec des structures de formation des agriculteurs en vue de l’établissement de partenariats avec le GIC agroécologique,
  •  préparation d’une étude sur les conséquences des feux de brousse,
  • développement de la culture de Moringa Oléifera,
  • émergence d’une demande de formation à la production de semences paysannes locales,
  • recherche sur le potentiel de développement de la culture du riz biologique dans 2 zones climatiques.

En matière d’eau potable, Partager la Terre a mis en oeuvre :

–  Création d’un atelier de filtres à sable :

Cette mission a pour origine la demande d’intervention du GIC AE de Foumban qui demandait la création d’un atelier de filtres à sable.

Le filtre biosable (BSF) est une adaptation du filtre à sable lent traditionnel (à membrane biologique) qui a été utilisé pour le traitement de l’eau pour des systèmes collectifs depuis 200 ans. Le filtre biosable est plus petit et le plus adapté pour une utilisation intermittente, et convient donc pour les ménages. Le corps du filtre peut être en béton ou en plastique et est rempli de couches de sable et graviers spécialement choisis et préparés.

Les pathogènes et les matières en suspension sont éliminés par une combinaison de processus physiques et biologiques qui ont lieu dans la couche biologique et au sein de la couche de sable.

Efficacité d’un filtre

Bactéries Virus Protozoaires Helminthes Turbidité Fer
99% 99% 99,9% 100% 90% 95%

L’atelier de filtres à sable lents est  en phase de production. La stratégie de distribution de ce matériel se base volontairement sur une montée en puissance progressive. Il s’agit de s’assurer que la technique est bien maîtrisée par ses utilisateurs avant de la diffuser à grande échelle.

Par ailleurs, nous avons mis au point un cahier de suivi des filtres que les référents se sont engagés et s’engageront à remplir quotidiennement pour recueillir les données permettant de valider ou d’adapter le mode d’exploitation à la qualité de l’eau brute, aux pratiques locales et aux contraintes diverses.

Des sessions de formation ont concerné les ouvriers chargés de la production des filtres qui pourront à leur tour faire profiter de leur expérience des personnes qui souhaiteraient développer la production de cet équipement. Les formations des utilisateurs de filtres seront dispensées en matière d’hygiène, de santé, de fonctionnement des dispositifs. Des formations seront plus poussées pour les futurs formateurs, qu’ils soient animateurs du GIC agroécologique, leaders ruraux ou référents « utilisateurs pilotes ».

Ces formations sont dispensées dans un esprit participatif. A l’instar des actions entreprises depuis 4 ans en matière d’agroécologie dans le département du Noun, le mode de transmission privilégie la formation des populations rurales, par les populations rurales, sur leur territoire (chez eux).

Grâce à l’ensemble de ces formations, nous espérons avoir réuni toutes les conditions nécessaires au développement de la production

Projet d’accès à l’eau potable des villages de Bafolé et de Maparé (4 000 habitants).

Un diagnostic rapide préalable a été réalisée par le bureau d’étude ERA Cameroun.

Il sert de base à l’élaboration d’un projet d’eau et d’assainissement des 16 quartiers de Bafolé et Maparé.

Nous avons opté pour une approche participative en matière d’eau potable en ayant recours à la méthode d’action recherche participative (MARP) qui donne d’excellents résultats dans le cadre de projets de développement. Cette méthode sera approfondie dans le cadre de l’accompagnement du projet d’AEP de Koutaba.

Partager la Terre recherche des financements pour mener à bien ce projet.