Formation à la production de semences au Mali

Stage de formation de 2 Camerounais au CAPROSET de Tacharane au Mali

La formation à la production de semences a eu lieu auprès de l’association CAPROSET à Tacharane au Mali. Cette association a été créée à l’initiative de Terre et Humanisme et distribue des semences paysannes biologiques certifiées dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Cette formation se ‘est déroulée en plusieurs phases :

  • Formation à la production de semences auprès de l’association CAPROSET à Tacharane au Mali.

La formation est intervenue du 18 octobre 2011 au 22 novembre 2011.

  • Recherche de variétés de semences locales que les animateurs en agroécologie effectuent déjà lors de leurs séances d’animation auprès des agriculteurs de la Région.
  • Mise en culture des portes semences lors de la saison de culture suivante (mars/avril 2012) sur le terrain de 2 hectares à Koutaba par les 2 personnes formées à Tacharane.
  • Tenue d’un cahier de suivi des cultures.
  • Intervention d’un formateur Malien à Koutaba pour le suivi des cultures, la récolte et le conditionnement des semences (pendant une semaine vraisemblablement en juin ou juillet 2012).
  • Poursuite des récoltes de graines tout au long de la saison des pluies (jusqu’en octobre 2012).
  • Tenue d’un cahier de suivi de la production de semences.

Partager la Terre effectuera 2 missions d’accompagnement du GIC agroécologique de Koutaba (2012/2013).

Par ailleurs les animateurs reçoivent  les conseils et l’assistance technique de Damien Lentier missionné par Terre et Humanisme et Art de Vivre lors des 3 missions programmées annuellement.

Recherche d’eau pour le centre agroécologique

Conduite d’opération pour la fourniture d’eau au centre de formation de l’UAVES
et au centre de production de semences paysannes CAPROSET de Tacharane au Mali.

L’objectif principal est d’oeuvrer pour l’amélioration des conditions de vie des villageois.

Les difficultés actuellement recensées sont les suivantes :

  • défaut d’irrigation des cultures vivrières et semencières,
  • éloignement et insuffisance des points d’eau pour la population,
  • eau de mauvaise qualité.

Les objectifs immédiats sont de disposer, tout au long de l’année, d’eau en quantité et qualité suffisante pour l’agriculture et les habitants.

Le CAPROSET présente un déficit chronique en eau pour la production de semences et l’alimentation en eau potable des 500 personnes habitant aux alentours.

L’UAVES ne dispose pas de point d’eau au niveau du centre de formation qui permettrait de s’assurer de la pérennité des actions de transmission et de la fourniture d’eau potable aux 2 000 habitants des environs.

Le projet d’équipement doit, à terme, répondre aux cinq critères de faisabilité que sont : l’utilité, la durabilité, la possibilité de réalisation, les retombés économiques et sa cohérence avec les stratégies de développement local intégré prônées par l’UAVES.

Les effets attendus sont la fourniture d’eau potable à proximité des habitations et des jardins ainsi que la disponibilité d’une partie de l’eau pour le bétail.

L’objectif de la mission est :

  • de connaître le potentiel de mobilisation des ressources en eau (dans un premier temps)
  • de disposer de recommandations sur les dispositifs techniques à mettre en œuvre ou réhabiliter, sur leurs modes d’exploitation et la protection des captages.

Afin de préciser les possibilités existantes de pourvoir aux besoins exprimés en eau (quantité et qualité), une étude hydrogéologique extensive a été confiée à un hydrogéologue sahélien expérimenté, sous la maîtrise d’ouvrage de l’association « Terre et Humanisme ».

La mission comprend également une approche des besoins (concertation avec les directeurs de l’UAVES et du CAPROSET) afin de les confronter aux capacités de production.

La conduite d’opération a été confiée à l’association « Partager la Terre » avec l’assistance technique d’Hydraulique Sans Frontières.

L’étude hydrogéologique s’est achevée début 2012. Les troubles politiques au Mali n’ont pas permis une poursuite des actions.

Dans un deuxième temps, il s’agira de définir une stratégie d’équipement et de fonctionnement de points d’eau et les coûts associés (élaboration de scénarios chiffrés).

Ces éléments d’aide à la décision sont nécessaires pour que l’UAVES et Terre et Humanisme fassent un choix répondant aux critères de :

1. Rendre un service effectif et durable en terme de fourniture d’eau de façon permanente

2. Générer un impact conséquent et durable sur l’alimentation en eau potable de la population et les activités des sites de formation